La chirurgie du glaucome

Le glaucome est l’une des cinq causes majeures de cécité dans le monde suite à la mort des cellules des fibres ganglionnaires qui transportent l’information de l’œil vers le cerveau. Elle est la résultante d’une tension intraoculaire trop élevée qui fait donc souffrir ces cellules fragiles de l’œil.

Le champ visuel est atteint très progressivement dans le cadre de glaucome et les patients ne se manifestent spontanément bien souvent que lors de l’atteinte du champ visuel central, ce qui est donc en fin d’évolution…

C’est une pathologie fréquente, pouvant atteindre 10% de la population au-delà de 60 ans. Bien évidemment, avec l’âge, le risque de glaucome augmente (moins bonne circulation de l’humeur/liquide de l’œil) mais des facteurs héréditaires ont également été mis en évidence et certaines fratries souffrent sévèrement de glaucome.

Malheureusement, c’est une maladie insidieuse car atteignant notre champ de vision périphérique avant d’atteindre le champ de vision central et d’être donc perçue par le patient lui-même. Qui plus est, le glaucome évolue de façon lentement progressive ; ce qui retarde bien souvent le diagnostic

Enfin, le diagnostic est souvent difficile  à établir de façon catégorique et le praticien a besoin de multiplier les examens complémentaires, tant généraux qu’oculaires. A titre d’exemple, un bon OCT (tomographie de l’œil) permettra un suivi approprié des fibres ganglionnaires dans le temps afin de confirmer les résultats du champs visuel.

Grace à l’OCT, nous avons la possibilité de mesurer l’épaisseur des fibres acheminant l’information de l’œil vers le cerveau : les fibres ganglionnaires. L’OCT permettra donc de confirmer par une seconde méthode la présence d’une pathologie glaucomateuse et de la suivre dans le temps ; chaque appareillage ayant ses faiblesses.

Il est donc primordial que le praticien soit équipé des derniers appareillages afin d’assurer au mieux le suivi de ses patients et qu’il se maintienne régulièrement au courant des dernières nouveautés.

De nos jours, de nombreux traitements sont à notre disposition, que ce soit des collyres oculaires, divers traitements par laser, voire des traitements chirurgicaux dans les cas les plus sévères. Un traitement précoce de la maladie doit être réalisé le plus tôt possible car la perte des fibres ganglionnaires est irrémédiablement définitive… Tout ce qui est perdu est perdu, à peu de chose près.

Pour cette raison, nous recommandons un examen de routine chez tout patient dont les parents ou membres de la famille proche souffrent de glaucome. Par ailleurs, un examen à partir de 40 ans est utile afin de faire un premier check-up et définir la fréquence des suivis futurs.

Si vous êtes dans un de ces cas, n’hésitez pas à contacter l’un de nos centres ophtalmologiques pour prendre un rendez-vous.